«Si je retourne en Ethiopie, peut-être qu’ils vont me tuer», confie Lilesa

No Comment Yet

Les bras levés au-dessus de la tête et croisés au niveau des poignets comme s’ils étaient attachés. C’est le geste lourd de sens que l’Ethiopien, Feyisa Lilesa a réalisé en franchissant la ligne d’arrivée du marathon des JO de Rio, ce dimanche. Une posture que le sportif compte reproduire à la cérémonie de clôture (moment où leur sera remise leur médaille) et qu’il a expliquée en conférence de presse : « J’ai fait ce geste contre l’attitude du gouvernement à l’égard des Oromos. Depuis neuf mois, un millier de personnes ont été tuées. »

Les Oromos qui forment une des ethnies du pays manifestent régulièrement depuis novembre 2015 contre un projet d’appropriation de terres, abandonné depuis. Plusieurs dizaines de manifestants ont notamment été tués les 7 et 8 août dans cette région du sud du l’Ethiopie.
La suite d’article ici.

Arefayné Fantahun
Up Next

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *